Associations membres

Un témoignage qui en dit long...

Dans le cadre du 30e anniversaire du Centre patronal, en 2013, nous avons interviewé sa présidente-directrice générale, Mme Denise Turenne, qui a participé à la mise sur pied de celui-ci.

Mme Turenne s’identifie, avant tout, à une gestionnaire d’association. « C’est une belle profession, dit-elle. Il devrait y avoir plus de gestionnaires diplômés désirant œuvrer en milieu associatif. Il est possible d’y faire carrière, j’en suis un exemple. La gestion d’association a beaucoup évolué au fil des ans. » Mais pourquoi est-ce si intéressant la gestion d’association ? « Parce qu’une association, poursuit-elle, apporte à la société et à la communauté. Elle facilite la communication avec les membres et les apprentissages. Elle véhicule la parole des gens qui la composent et sanctionne la qualité du domaine de l’organisme. On y trouve trois spécificités : l) une cause, 2) le travail avec les gens, 3) une bonne pratique de gestion. »

D’où est venu cet intérêt de Mme Turenne pour le côté associatif ? « Dans les années 70, mentionne-t-elle, j’ai travaillé pour une association professionnelle qui est devenue un ordre professionnel. J’ai aimé le milieu. Au départ, j’étais bénévole, puis j’ai assumé la présidence de celle-ci pendant quatre ans. De là est venu mon intérêt pour un retour aux études en gestion, afin de parfaire mes connaissances. »

En 1982, alors que Mme Turenne terminait un MBA à HEC Montréal, elle a vu une annonce, dans La Presse, où l’on cherchait un directeur général pour un nouvel organisme en santé-sécurité. « Tout était à bâtir, mentionne-t-elle, cela m’a plu ! Pour bien démarrer l’entreprise, il a fallu se donner les valeurs appropriées au milieu patronal, être à l’écoute des besoins, comprendre les associations et les gens d’entreprises, afin de leur proposer ce que pourrait être le Centre patronal. Le milieu patronal était démuni par rapport au nouveau régime SST. Chaque association avait sa vision, il fallait tenter de marier le rêve de chacune. J’avais trouvé ma cause ! »

La mise en place d’une association où, très bientôt, 17 personnes siégeront au conseil d’administration, comporte différents défis. Pour Mme Turenne, dès le début, elle s’est assuré que l’approche patronale proposée convenait à tout un chacun et que tous les services à offrir s’intégreraient bien aux besoins des entreprises. « Travailler avec des gens, ajoute-t-elle, demande du tact, de la persévérance et de la persistance, ce n’est pas toujours de tout repos ! »

Quelles sont les clés du succès de Mme Turenne ? « Pour moi, au Centre, il y a eu quatre points importants : la planification, la stratégie financière, la gouvernance et les qualités personnelles. » En quoi cela consiste exactement ? « Par planification, indique-t-elle, j’entends la lecture de l’environnement, l’identification des défis, les orientations, le suivi, la mise sur papier de tout cela et la présentation au CA. On y retrouve nos forces, nos difficultés et comment parvenir à atteindre nos objectifs. Puis, après discussion et analyse, tout le monde doit travailler dans le même sens. »

« En ce qui a trait à la stratégie financière, dit-elle, vivre essentiellement d’une subvention représente un risque. Nous avons donc adapté notre stratégie en fonction de cette réalité, soit en optant pour vendre des services aux membres en exclusivité. Ainsi, nous pouvions obtenir un revenu supplémentaire que nous pouvions réutiliser pour de nouveaux services, en plus de pouvoir mettre des sous en réserve au cas où… Si un organisme a de bonnes assises, meilleure est sa sécurité, ce qui est rassurant lorsque l’on recrute sa permanence. »

En 1995, une approche de gouvernance a été mise en place au sein du Centre, par le CA, l’assemblée des membres et la direction de l’organisme. « Des politiques précises ont été écrites, ajoute la PDG, afin d’éliminer toute ambiguïté et interprétation, et que chacun ait des rôles définis avec des mandats clairs. La taille du CA a été réduite et des changements dans la composition de celui-ci ont eu lieu. C’est un beau succès ! Depuis, ce sont des dirigeants d’entreprise et des cadres supérieurs qui siègent au conseil d’administration. Ils s’intègrent bien et se sentent utiles. Ils assurent la pérennité de l’organisme. Nous sommes fiers du travail effectué. »

Pour ce qui est des qualités recherchées pour œuvrer à la direction générale d’un organisme sans but lucratif (OSBL), selon Mme Turenne, « cela demande de la générosité, un désir de bâtir quelque chose, du leadership – en étant aussi capable d’être en retrait –, beaucoup d’adaptation et savoir bien canaliser les énergies. Il faut aussi respecter les gens, les bénévoles, les associations qui sont nos membres, le travail effectué par les autres organismes ainsi que leur mission. Cela requiert aussi une bonne capacité d’analyse des aspects sociaux, économiques et politiques, afin de dégager ce qui doit être mis en œuvre pour une saine gestion en SST. Un OSBL comme le Centre patronal, c’est un organisme de service où l’on travaille avec des gens et une équipe de calibre élevé. »

Il y a plusieurs années, le Centre patronal a développé une approche de gestion de la SST pour favoriser sa prise en charge par les employeurs. « Je devais, poursuit Mme Turenne, pouvoir compter sur des ressources humaines, spécialisées en SST, capables d’élaborer sur les grands principes de gestion que constituent les orientations stratégiques, la planification, l’implantation, le contrôle et l’évaluation. Notre approche de gestion a connu un franc succès : bravo à l’organisation ! Au début du Centre, en 1983, nous n’aurions jamais pensé mettre en place autant d’activités de formation et d’information, et prendre autant d’ampleur comme organisme. Je postulerais encore aujourd’hui pour ce poste ! »

30 bougies plus tard, des choix et des défis s’imposent toujours au Centre, mais la présidente-directrice générale peut s’appuyer sur une équipe compétente et stable. « La structure actuelle, mentionne-t-elle, fonctionne très bien. L’arrivée de nouvelles personnes, au sein des associations membres, demeure un enjeu continuel toutefois. Il faut s’assurer de les intégrer dans la coalition. Le Centre est un regroupement d’associations d’employeurs unique en santé-sécurité. Notre approche de démarrage, à savoir que c’est à l’entreprise de prendre le leadership de la santé-sécurité, est toujours de mise. La SST, cela se gère ! »

« Depuis nos débuts, poursuit-elle, la gestion de la SST s’est beaucoup améliorée en entreprise. Nous croyons y avoir contribué. La relève constitue un défi toutefois. Nous devons voir à ce que les gestionnaires de demain partagent nos valeurs de base. Nous devons aussi continuer à nous améliorer comme organisme : cent fois sur le métier ! La SST, c’est un beau dossier, on y croit. La personne, c’est la ressource la plus précieuse de l’entreprise. Le régime de SST aura été une avancée pour la société québécoise. Il aura permis la protection de la santé, la sécurité et l’intégrité physique des travailleurs. »

 

 

 



Nous sommes le seul regroupement d’associations d’employeurs entièrement voué à la formation et à l’information en santé et sécurité du travail.

septembre 2017

Mois suivant
D L M M J V S
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Nous joindre:

(514) 842-8401


Pour obtenir de l’information sur les services et les activités

En ligne

© 2017 Centre patronal SST