Infos SST


Alcool et drogues en milieu de travail

Archives

(Octobre 2009)

En dépit des différentes campagnes de sensibilisation aux risques, pour la santé, de l'abus d'alcool ou de substances psychotropes, plusieurs études récentes montrent que leur consommation augmente. Ainsi, selon l’Enquête sur les toxicomanies au Canada (ETC), publiée en 20041, la fréquence d’usage du cannabis chez ceux qui en ont consommé au cours des douze mois précédant l’enquête varie beaucoup. Ainsi, environ 20,8 % des consommateurs déclarent ne pas en avoir pris au cours des trois derniers mois, 24, 9 %  mentionnent en avoir pris juste une fois ou deux, 20,3 % hebdomadairement et 18, 1 %, quotidiennement. Logiquement, toutes ces indications de tendances se retrouvent aussi bien dans la population en général que dans le microcosme d’une entreprise. Donc, on pourrait hypothétiquement supposer qu’il n’existe pas, en définitive, une seule entreprise où la question de la toxicomanie ne se pose pas du tout !

Pourquoi le milieu de travail devrait-il se pencher sur ces questions ? C’est simple : à cause des répercussions que l’abus de ces substances peut occasionner. Outre les effets dommageables sur la santé, la perte de productivité et l’augmentation de l’absentéisme, la consommation d’alcool et de drogues peut aussi être une source de danger dans de nombreuses situations de travail. On n’a qu’à penser aux conséquences graves que la conduite d’un chariot élévateur sous l’emprise d’une substance illicite (ou de plusieurs à la fois !) peut occasionner…

Y a-t-il de quoi paniquer ? Peut-être pas, mais il est important de favoriser une approche visant la prévention et l’intervention, tout en respectant les droits des employés. Au chapitre de la prévention : prévoyez l’élaboration et la mise en place d’une politique en matière d’alcool et de drogues, la sensibilisation des employés aux particularités et aux dangers de la consommation abusive de ces substances, la formation des gestionnaires, etc.

Au chapitre de l’intervention, il y a, bien sûr, les tests de dépistage, les sanctions disciplinaires et le congédiement… Mais, attention, car les chartes veillent au grain ! Par ailleurs, on peut aussi intervenir avant que la situation ne se détériore par la mise en place d’un programme d’aide aux employés (PAE).

En fait, sur les lieux de travail, vous ne pouvez pas dire que les problèmes de dépendance de certains de vos employés ne vous regardent pas. Au contraire, vous avez des responsabilités.

Et pour savoir si vos connaissances sont à jour, nous vous invitons à réfléchir aux questions suivantes.

  • Un employeur peut-il être tenu responsable des actes fautifs posés par ses employés ?
  • L’employeur peut-il soumettre un employé à un test de dépistage ?
  • Est-ce possible pour un employeur de discipliner un employé à cause de son état d’ébriété ?

Pour obtenir des réponses à ces questions – et à bien d’autres –, la formation Alcool et drogues au travail : droits et obligations, offerte par le Centre patronal, saura vous aider.

1. Enquête sur les toxicomanies au Canada, Conseil canadien sur les toxicomanies, 2004.

 



Nous sommes le seul regroupement d’associations d’employeurs entièrement voué à la formation et à l’information en santé et sécurité du travail.

octobre 2017

Mois suivant
D L M M J V S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Nous joindre:

(514) 842-8401


Pour obtenir de l’information sur les services et les activités

En ligne

© 2017 Centre patronal SST