Infos SST


La protection respiratoire et... vous !

Archives

(Révisé en février 2014)

La principale voie d’entrée des contaminants chimiques est l’inhalation. Un travailleur qui effectue une tâche modérée inhale environ 8,5 m3 d’air dans une période de huit heures ! L’exposition aux produits chimiques représente un risque à la santé des travailleurs, mais le niveau de celui-ci dépend des effets toxicologiques des contaminants (irritation, sensibilisation, cancérogénicité, etc.), de la concentration à laquelle on est exposé et de la durée d’exposition.

Pour faire face à ces contaminants, le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST) est très clair. Les articles 40 et 41 stipulent qu’il faut mettre en place des moyens techniques ou administratifs afin de maintenir les contaminants en deçà des valeurs limites d’exposition de l’annexe I. D’ailleurs, afin de pouvoir évaluer l’exposition des travailleurs, l’article 44 donne les lignes directrices sur les méthodes d’évaluation à utiliser. Si le respect des normes n’est pas possible, en attendant, la dernière option est de se tourner vers la protection respiratoire. Notez que même s’il y a respect des normes, pour les cancérogènes et les isocyanates définis à l’article 42, l’exposition doit être réduite au minimum.

Nous attirons maintenant votre attention sur une portion de l’article 45 du règlement.

45.  Équipement de protection
Dans le cas où la technologie existante ne permet pas à l'employeur de respecter les articles 40 et 41 et, dans le cas des travaux d'entretien, d'inspection ou de réparation hors atelier, ou de transport dans un endroit où les normes visées aux articles 40 et 41 ne sont pas respectées ou dans l'attente de la mise en œuvre des mesures requises pour respecter ces articles là où la technologie existe, l'employeur doit fournir gratuitement au travailleur et s'assurer qu'il porte l'équipement de protection respiratoire prévu au Guide des appareils de protection respiratoire utilisés au Québec, publié par l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

L'équipement doit être choisi, ajusté, utilisé et entretenu conformément à la norme Choix, entretien et utilisation des respirateurs, CSA Z94.4-93. Un programme de protection respiratoire doit être élaboré et mis en application conformément à cette norme.

Vous voici maintenant devant la nécessité de tenir compte des quatre principes fondamentaux qui s’appliquent afin de maximiser l’efficacité des appareils de protection respiratoire (APR) : le choix, l’ajustement, l’utilisation et l’entretien.  En voici un aperçu…

Le choix

Les principales catégories…

Les APR à épuration d’air qui procèdent en filtrant l’air ambiant contaminé

Cette catégorie est vaste, mais voici des exemples d’APR que l’on retrouve souvent en entreprise, pour ne nommer que ceux-là. On peut penser au demi-masque  de type jetable communément appelé « masque à poussières », puis au demi-masque et au masque complet  réutilisables, faits en caoutchouc par exemple, et généralement munis de deux filtres ou de cartouches chimiques. Les filtres protègent contre les poussières, les fumées et les brouillards, et les cartouches, contre les gaz et les vapeurs.

Les APR à approvisionnement d’air

Lorsqu’on a besoin d’être indépendant de l’atmosphère ambiante, c’est que les dangers qui y sont reliés sont importants. On peut penser, entre autres, à des atmosphères pauvres en oxygène dont la concentration des contaminants est telle qu’il existe un danger immédiat pour la vie et la santé (DIVS). Un bon exemple d’APR dans cette catégorie est celui de l’APR autonome, où l’utilisateur porte un masque complet et transporte la réserve d’air respirable dans une bouteille d’air comprimé (pensez, par exemple, aux pompiers).

Le choix de l’APR ne pourra donc être fait qu’après avoir tenu compte de plusieurs facteurs, comme la nature et la concentration des contaminants en zone respiratoire, la présence ou non d’oxygène dans l’air, les dangers pour la santé que représente le contaminant (irritant pour les yeux, absorbable par la peau, cancérogène, etc.), le type de travail et la durée de l’exposition.

L’ajustement

Le One size fits all n’existe pas dans le langage utilisé pour parler de protection respiratoire. L’ajustement de l’APR dépend de la morphologie du visage de chacun. Afin de s’assurer qu’il n’y a pas d’infiltration du contaminant dans la pièce faciale, il faut procéder à des essais d’ajustement, et ainsi choisir la marque puis la grandeur de l’APR qui convient. Ces essais doivent être effectués au moins une fois par année ou lorsque l’on doit changer d’APR.

L’utilisation

Il est important, avant toute utilisation de l’APR, de procéder aux tests d’étanchéité afin de s’assurer que la pièce faciale est bien étanche. D’ailleurs, à cet effet, mieux vaut avoir la peau du visage bien rasée ! Il faut aussi savoir quand changer les filtres ou les cartouches. Pour les filtres, c’est lorsqu’il y a une résistance respiratoire et, pour les cartouches, on se réfère au fabricant ou à un outil informatique, comme SATURISK, disponible sur le site de l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST).

L’entretien

L’entretien des APR inclut l’inspection, le nettoyage et l’entreposage. Par exemple, une inspection périodique permet de repérer les pièces abîmées et le nettoyage, de maximiser, entre autres, la durée de vie de l’APR. Concernant l’entreposage, les APR doivent être protégés des agresseurs tels que la chaleur, l’humidité excessive, les poussières, etc. De plus, il faut retenir que les filtres à cartouches continuent à absorber les contaminants s’ils sont laissés à l’air libre. Des contenants étanches sont donc de mise afin de prolonger leur temps de service !

Outils de référence

Tel qu’il est prescrit dans le RSST, le Guide des appareils de protection respiratoire utilisés au Québec est le point de départ, complété par la norme CSA Z94.4-93 Choix, entretien et utilisation des respirateurs qui peut, entre autres, vous aider à rédiger votre programme de protection respiratoire. Ce programme vous permet de maximiser l’efficacité de ce moyen de protection. D’ailleurs, d’autres outils intéressants, proposés dans le portail du réseau public québécois en santé au travail, peuvent vous aider à procéder à l’élaboration et au suivi de ce programme.

Finalement, veuillez noter que la protection respiratoire fait partie des mesures préventives abordées dans la formation Identifier et contrôler les risques en milieu de travail offert par le Centre patronal.



Nous sommes le seul regroupement d’associations d’employeurs entièrement voué à la formation et à l’information en santé et sécurité du travail.

novembre 2017

Mois suivant
D L M M J V S
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

Nous joindre:

(514) 842-8401


Pour obtenir de l’information sur les services et les activités

En ligne

© 2017 Centre patronal SST