Infos SST


Inspection des chariots élévateurs : informations utiles sur les points à vérifier

Révisé en septembre 2013

Quelles informations pourraient me guider sur les points à vérifier en vue de procéder à des inspections quotidiennes des chariots élévateurs ?

Les sources d’informations

Il existe plusieurs sources d’informations intéressantes sur le sujet, elles sont précisées dans les textes suivants :

  • Le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (S-2.1, r.13)
  • La norme de sécurité concernant les chariots élévateurs à petite levée et à grande levée (ASME B56.1)
  • La norme canadienne de sécurité pour les chariots élévateurs (CSA B335-04)

À cela, s’ajoutent évidemment les instructions remises par le fabricant du chariot élévateur.

Résumé des informations les plus utiles

Le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST) traite de l’inspection des appareils de levage, dont les chariots élévateurs font partie, à l’article 245. Le paragraphe 5 de cet article mentionne qu’un appareil de levage doit « être inspecté et entretenu conformément aux instructions du fabricant ou à des normes offrant une sécurité équivalente ».

Parmi les normes qui peuvent servir de guide (il n’y a pas d’obligation en ce sens), mentionnons la Norme de sécurité concernant les chariots élévateurs à petite levée et à grande levée (ASME B56.1). L’article 5.5.1 spécifie au sujet du cariste que : « Lorsqu’il commence à travailler et avant de conduire le chariot, le cariste doit vérifier l’état de marche du chariot, en portant une attention particulière aux points ci-dessous :

  • l’état des pneus
  • la pression dans le cas de pneumatique
  • les avertisseurs et les dispositifs de sécurité
  • l’éclairage
  • la batterie
  • les commandes
  • les systèmes de levage et d’inclinaison
  • le dispositif porte-charge
  • les chaînes et les câbles
  • les interrupteurs de fin de course
  • les freins
  • la direction
  • le système d’alimentation en carburant
  • tout autre point ou équipement particulier, selon les indications de l’utilisateur, ou du constructeur. » (D’où le besoin de consulter le manuel du fabricant afin de voir ses recommandations.)

Les inspections devraient donc se tenir au début de chaque quart de travail, elles devraient se dérouler en deux parties, soit lorsque le chariot est arrêté et lorsqu’il est mis en marche, en vue de bien évaluer tous les points suggérés précédemment.

Une deuxième norme sur la sécurité des chariots élévateurs existe. Il s’agit de la norme de sécurité pour les chariots élévateurs (CSA B335-04), publiée par l’Association canadienne de normalisation. Cette norme mentionne à l’article 4.9.1 :

« Au début de chaque quart de travail et avant d’utiliser le chariot, on doit effectuer une inspection avant l’utilisation (voir l’article 8.2). Voir, à l’annexe A, des exemples de listes de vérification à remplir avant l’utilisation. »

Le contenu de cette annexe est fort intéressant. En plus des points à vérifier, avant la mise en marche et lors du fonctionnement du chariot, vous y trouverez des critères à vérifier afin d’identifier les défectuosités qui méritent d’être corrigées. Un outil des plus utiles pour bâtir sa propre fiche d’inspection.

L’article 8.2 de la norme, quant à lui, précise les deux principaux types d’inspection : a) l’inspection avant l’utilisation et b) l’inspection d’entretien planifié. Il mentionne également les actions à prendre lorsque le chariot est jugé non sécuritaire, et précise les obligations en termes d’entretien préventif des chariots.

Pour plus d'informations à ce sujet, consultez la brochure Pour ne rien oublier concernant la sécurité des chariots élévateurs, publiée par la CSST.

En plus de l’inspection quotidienne avant l’utilisation du chariot élévateur, y a-t-il d’autres inspections à effectuer et à quelle fréquence ?

La norme canadienne CSA B335-04, à l’article 8.2, suggère, en plus de l’inspection avant l’utilisation, des inspections d’entretien planifié. Ces inspections, effectuées par un technicien d’entretien formé et qualifié, sont de trois types :

  • une inspection après 200 heures d’utilisation;
  • une inspection après chaque période de 2000 heures ou, annuellement, selon ce qui se produit en premier;
  • et, une troisième, qui consiste à une vérification annuelle de la capacité de levage. Cette vérification doit se réaliser non seulement annuellement, mais aussi avant la première utilisation, chaque fois que le chariot change de propriétaire, et selon les recommandations spécifiques du fabricant.

L’inspection et l’entretien adéquat des chariots élévateurs sont d’excellentes mesures de prévention des accidents et des blessures. L’employeur doit s’assurer de respecter les exigences légales (Règlement sur la santé et la sécurité du travail, article 245), et de les concilier avec les recommandations du fabricant.

Il n’en reste pas moins qu’il est essentiel que l’employeur s’assure d’informer son personnel sur l’importance des inspections régulières, les points qui doivent être vérifiés, les exigences légales et les recommandations du fabricant spécifiques aux chariots utilisés par l’entreprise. Des rencontres périodiques en vue de rafraîchir ces renseignements et de rappeler votre procédure seront des plus utiles. Elles constitueront également une excellente occasion de faire penser à votre personnel de supervision d’exercer un suivi auprès de leurs employés, afin qu’ils remplissent le rapport d’inspection des chariots qu’ils utilisent. En cas d’accident, il est nettement préférable d’être déjà certain de la bonne condition de vos chariots, selon les règles en vigueur, et de pouvoir le démontrer avec des rapports bien complétés.

 

Nous sommes le seul regroupement d’associations d’employeurs entièrement voué à la formation et à l’information en santé et sécurité du travail.

avril 2017

Mois suivant
D L M M J V S
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30

Nous joindre:

(514) 842-8401


Pour obtenir de l’information sur les services et les activités

En ligne

© 2017 Centre patronal SST