Infos SST

Les maux de dos et leur lot de fausses croyances !

Archives

(Révisé en juillet 2012)

Dans le cadre de l’un de vos dossiers CSST, il y a trois semaines, vous pouviez lire le diagnostic d’entorse lombaire sur l’attestation médicale. Or, aujourd’hui, le médecin traitant écrit sur le rapport d’évolution : hernie discale L4-L5, puis il ajoute arrêt complet indéterminé – patient référé en orthopédie.

Ce changement de diagnostic vous incite à mandater un expert. Son rapport vous informe, notamment, que les signes du tripode et du Lasègue sont négatifs. Puis, parmi les nombreuses conclusions, une attire votre attention. Il est indiqué : pas de mécanisme de production d’une hernie discale.

Maintes questions surgissent alors : est-il normal qu’une entorse lombaire évolue en hernie discale ? Est-ce que cette évolution peut être une aggravation découlant du fait que le travailleur n’a pas respecté les consignes de son médecin ? À quoi votre expert réfère-t-il par « signes négatifs » ?

D’abord, il ne faut pas croire qu’une hernie discale est une conséquence systématique d’une entorse lombaire. Ce sont deux diagnostics distincts. Les structures anatomiques atteintes sont différentes, de même que la manifestation des symptômes.

Une hernie discale peut survenir lorsqu’une action brusque exerce une pression trop élevée sur le disque intervertébral. Par exemple : tomber à la renverse avec une charge lourde sur l’abdomen constitue l’un des mécanismes susceptibles de causer une hernie. Toutefois, elle peut aussi apparaître en raison de la dégénérescence liée à l’âge, d’une anomalie congénitale, d’un surplus de poids, etc., et être découverte par hasard au cours de l’investigation médicale. Peut-être que le travailleur n’aurait jamais su qu’il avait une hernie discale si le test d’imagerie (la résonnance magnétique ou le scan) n’avait pas été prescrit, car une hernie discale peut être asymptomatique pendant des années. Finalement, on le soigne peut-être pour une hernie discale non reliée au travail !

Votre expert, en effectuant les manœuvres cliniques du tripode et du Lasègue, a voulu vérifier si la douleur, exprimée par le travailleur, pouvait provenir de la compression d’une racine nerveuse, comme le nerf sciatique. Il appert que non. Par conséquent, le salarié devrait normalement être consolidé et, possiblement, être capable de travailler. À défaut que le travailleur puisse reprendre immédiatement ses tâches habituelles, le médecin traitant devrait envisager positivement votre offre d’assignation temporaire (si elle est conforme à l’article 179 de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles, bien sûr !).

De plus, est-ce souhaitable que le travailleur soit en arrêt de travail depuis trois semaines ? Il y a près de dix ans, la CSST et la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) ont reconnu que le repos prolongé, au-delà de deux jours (ce qui correspond à la phase aiguë de la douleur), est déconseillé en cas de maux de dos. Contrairement à la croyance populaire, la sédentarité ne favorise pas la guérison. En effet, plus l’individu demeure inactif, plus les muscles du dos s’affaiblissent et plus la mobilité de la colonne est compromise. Au fil des jours et des semaines, chacun des mouvements devient de plus en plus douloureux… Une véritable spirale sans fin ! C’est le même principe lorsque vous décidez, après une période « d’hibernation », de vous remettre au tennis avec la venue des beaux jours… Les courbatures du lendemain, connaissez-vous ? Dans de telles circonstances, il est reconnu que le meilleur remède pour diminuer la douleur est de refaire, à petites doses, des exercices le surlendemain, et ainsi de suite !

En vous inscrivant à notre formation Maux de dos et SST : les fausses croyances coûtent cher !, vous en connaîtrez davantage, entre autres, sur les mécanismes de production des principaux diagnostics, les conditions personnelles et les aspects médicaux pour mieux comprendre les spécificités des expertises. De plus, vous découvrirez des solutions pour éviter les coûts reliés à la chronicité.

 

juillet 2017

Mois suivant
D L M M J V S
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Nous joindre:

(514) 842-8401


Pour obtenir de l’information sur les services et les activités

En ligne

© 2017 Centre patronal SST