Infos SST

Bruit d'explosion suivi de grondements, de vibrations et d'une boule de feu !

Révisé en février 2014

Est-ce que cela pourrait survenir chez vous ? Avant de répondre à cette question, en voici une autre : savez-vous quel genre d’accidents provoque de telles conséquences ? Notre titre est, en fait, représentatif des quelques secondes qui suivent une explosion électrique. Eh oui, cela pourrait se produire chez vous !

L’électricité est omniprésente partout : à la maison, dans la voiture, sur la rue, au travail, etc., mais elle est invisible. Cette dernière caractéristique explique peut-être pourquoi on n’en tient pas toujours compte quand vient le temps d’exécuter un travail.

Samedi, le 8 novembre 2009. Jean-Pierre (nom fictif visant à protéger Marc Nadon, mon voisin d’en face) profite de cette belle journée pour poser ses décorations de Noël. Comme ce cher Clark Griswold1 , malgré tous ses efforts les petites lumières ne s’allument toujours pas. Il se rend alors compte que la prise de courant est endommagée et décide de la remplacer. Pas besoin de « fermer le breaker » puisqu’il n’y a que deux fils.

Malheureusement, en sortant la prise de courant de la boîte électrique, un des fils entre en contact avec la boîte électrique, ce qui produit un court-circuit : bruit d’explosion et boule de feu du plus bel effet !

Heureusement, il y a plus de peur que de mal, le mur est un peu noirci (les doigts de Jean-Pierre aussi) et, dans quelques minutes, son acuité visuelle reviendra à la normale après ce super flash qu’il a reçu dans les yeux.

Si cette situation vous fait sourire, sachez qu’elle aurait pu avoir des conséquences plus graves, comme dans l’histoire suivante, inspirée d’un cas réel.

Mardi, le 10 novembre 2009. Un apprenti électricien prépare le branchement d’un luminaire à tubes fluorescents. Le câble d’alimentation est déjà en place et sous tension. Pour éviter tout accident, les extrémités du câble sont protégées par des « marrettes2 ». Alors qu'il manipule le câble d’alimentation, la « marrette » apposée au fil noir tombe et l'apprenti électricien entre en contact avec l'extrémité dénudée du conducteur qui, rappelons-le, est alors sous une tension de 347 V. L'apprenti électricien est électrocuté.

Une visite du site Internet de la CSST nous permet de trouver rapidement 123 rapports d’enquête à la suite d’« accidents électriques ».

Pourquoi ces accidents surviennent-ils ? Simplement parce qu’on a omis de couper le courant avant de procéder au travail ou que l’on croyait avoir coupé le courant, alors que ce n’était pas le cas ! Voyons un autre exemple, aussi tiré d’un cas réel.

Samedi, le 30 mai 2009. L’électricien et un apprenti électricien s’affairent à mettre en place un dispositif d’alimentation électrique. Pour ce faire, les travailleurs doivent raccorder des câbles électriques à un disjoncteur d’un panneau de distribution électrique. Après s’être assuré de la mise hors tension de l’installation, un des travailleurs pénètre à l’intérieur du cabinet du panneau de distribution pour y effectuer un branchement. Lors de cette manœuvre, il entre en contact avec une source de courant électrique demeurée sous tension, en amont de l’interrupteur utilisé pour la mise hors tension. Le travailleur est électrocuté. Une explosion et un incendie s’ensuivent dans le cabinet.

Ces deux événements rappellent l’importance, pour les entreprises, d’encadrer le travail en présence de courant électrique. En fait, avant d'entreprendre un travail sur un équipement, il est de notoriété publique que l’employeur doit s’assurer qu’un processus de cadenassage soit appliqué, afin de contrôler les énergies dangereuses présentes dont, bien sûr, l’énergie électrique. Donc, avant d’entreprendre des travaux dans un panneau électrique, le courant devrait être coupé et le disjoncteur principal cadenassé. La norme ACNOR Z460 Maîtrise des énergies dangereuses : cadenassage et autres méthodes peut être utilisée, par les entreprises, afin de les orienter dans leur programme de cadenassage.

Cependant, il est parfois impossible (pas embêtant, « ni plate », mais impossible) de faire certaines tâches hors tension. Pensons aux opérations de localisation d’une défectuosité, de dépannage, etc. Lorsqu’un travail sous tension est exécuté, les travailleurs peuvent entrer en contact avec une composante sous tension et subir un choc électrique. Ce contact peut être direct ou à travers un outil. Les travailleurs sont également exposés aux explosions électriques. Ces explosions peuvent faire suite à un court-circuit ou à un défaut d’équipement.

Dans ces situations, il faut utiliser des méthodes de travail qui vont diminuer le risque que le travailleur entre en contact avec une pièce sous tension, et qui vont protéger le travailleur si une explosion se produit.

La norme ACNOR CSA Z462 Sécurité électrique en milieu de travail présente les règles à suivre pour bien encadrer les travaux à réaliser sous tension. Cette norme présente le contenu d’un programme de sécurité électrique, explique comment calculer les distances sécuritaires d’approche, comment choisir les équipements de protection individuelle en fonction des risques, etc.

Pour en savoir plus, inscrivez-vous à notre formation Sécurité électrique.


1 Le sapin a des boules, 1989.
2 Capuchon de connexion.

 

 

 

mai 2017

Mois suivant
D L M M J V S
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Nous joindre:

(514) 842-8401


Pour obtenir de l’information sur les services et les activités

En ligne

© 2017 Centre patronal SST