Infos SST

Favoriser la collaboration des travailleurs dans l’enquête et l’analyse des accidents

Janvier 2016

Comprendre les causes des accidents du travail et évaluer ce qui aurait dû être mis en place pour les prévenir, c’est fondamental. Bien entendu, cette information n’est pas toujours facile à obtenir. Cependant, la collaboration des travailleurs est un puissant levier pour y accéder. Voyons comment favoriser la collaboration des travailleurs dans le processus d’enquête et d’analyse des accidents.

Pour mener à terme le processus d’enquête et d’analyse des accidents, il y a trois étapes à franchir.

Lors de l’enquête :

1) identifier les faits, afin d’avoir une description fidèle à la réalité.

Lors de l’analyse :

2) reconnaître les principaux facteurs des accidents ou les anomalies en santé-sécurité;
3) déterminer les correctifs appropriés à intégrer à un plan d’action.

Entreprendre l’enquête sur des bases solides

L’étape de démarrage de l’enquête est cruciale. Pour obtenir la collaboration des travailleurs, il faut d’abord leur préciser les objectifs de l’enquête, soit recueillir les faits afin de dresser un portrait réaliste de la situation. Leur collaboration pourra contribuer à identifier les causes réelles et, ainsi, les correctifs adéquats à mettre en place. Le but que vous cherchez à atteindre est le suivant : que l’accident ne se reproduise plus.

Pour aider la personne interrogée à adopter une attitude objective, vous devez l’amener à comprendre que plusieurs éléments dans la description de l’accident sont à considérer :

  • le moment
  • l’équipement
  • le lieu
  • l’individu
  • la tâche
  • l’organisation du travail

L’individu constitue l’un des 6 éléments d’une situation de travail. Les éléments doivent être vus comme un tout et l’individu fait partie d’un contexte de travail.

Vous pourriez également mentionner à la personne interrogée que le processus d’enquête et d’analyse des accidents permettra d’apporter des changements à la situation de travail. En tant que superviseur ou coordonnateur en santé-sécurité, responsable de l’enquête, tout comme vos travailleurs, vous pourriez avoir des devoirs à faire pour améliorer la santé-sécurité de votre milieu. Par exemple, vous pourriez revoir l’organisation du travail en révisant certaines méthodes afin d’y intégrer davantage la santé-sécurité au poste de travail où l’accident est survenu. La prévention est un défi au quotidien pour les entreprises. L’important est d’assumer ses responsabilités et de tendre vers l’amélioration continue. Avec ce discours, vous partez du fait qu’il faut travailler en équipe afin que l’accident ne se reproduise plus.

Effectuer la collecte des faits

Il peut être rassurant pour la personne interrogée d’être mise au courant du déroulement de cette étape. Invitez-la d’abord à expliquer l’accident de travail dans ses mots. Cela va lui permettre de se remémorer les événements à son rythme. Dites-lui qu’à partir de son récit, l’objectif sera de reconstituer en ordre chronologique les événements reliés aux 6 éléments d’une situation de travail, mentionnés précédemment. Encouragez-la à vous transmettre toute l’information susceptible d’aider à reconstituer les événements avec précision.

Vous pourriez également en profiter pour lui demander son avis sur la manière dont l’accident aurait pu être évité. Plusieurs idées concrètes en prévention pourraient en ressortir. Le travailleur se sentira impliqué et considéré dans la démarche préventive. À ce stade, le témoin ou la victime de l'accident pourrait même mettre en lumière ce qui aurait pu l’aider à agir de façon plus sécuritaire. Vos choix de mots, le ton de votre voix et la qualité de votre écoute feront également toute la différence pour obtenir ces renseignements. 

Avant de passer à l’analyse, rappelez-vous que la qualité de l’enquête influence directement le succès de l’analyse. Par manque d’information, les fondements de l’enquête et les causes des accidents peuvent être basés sur des suppositions. En tant que témoin ou victime de l’accident, la personne interrogée doit bien comprendre l’importance de son rôle. En effet, un témoignage de qualité augmente les chances que l’accident ne se reproduise pas.

L’analyse : mettre le doigt sur le bobo

La description des faits en ordre chronologique en main, vous êtes prêt pour l’analyse. C’est un peu comme le diagnostic du médecin après un examen médical. Il faut avoir dressé un portrait avant de tirer des conclusions. Vous commencez l’analyse en faisant ressortir les facteurs contributifs à l’accident, soit les anomalies en santé-sécurité repérées dans la description des faits. Pour chaque anomalie en santé-sécurité, l’écart entre la situation anormale identifiée et celle souhaitée permet de reconnaître la cause. Par exemple, supposons que la zone de travail était anormalement encombrée. Bien entendu, la situation souhaitée est de maintenir cette zone dégagée.

Pourquoi cet écart? Un travailleur qui vit les opérations sur le plancher au quotidien pourra certainement aider à fournir des explications sur cette anomalie, lors de l’accident. Il y avait une commande urgente à sortir, un des chariots élévateurs était en panne, un nouvel employé n’était pas familier avec les procédures de travail, des sous-traitants devaient occuper une partie de l’espace, etc.

Identifier les correctifs dans le cadre d’un plan d’action

À partir de ces causes, vous pouvez évaluer les correctifs pour remédier à la situation anormale en santé-sécurité. L’avis des travailleurs concernés sur les correctifs peut d’ailleurs vous mettre sur une piste de solution durable. Une fois l’analyse complétée, vous élaborez un plan d’action : vous identifiez les correctifs les plus appropriés, sous la responsabilité de personnes désignées, dans un échéancier donné. 

Pour assurer le succès de votre plan d’action, gardez en tête que les solutions les plus durables dans les entreprises sont celles qui ont été implantées avec la participation des travailleurs. Comme une image vaut mille mots, n’hésitez pas à prendre des photographies de la situation avant le correctif et après son implantation. Il est important de saisir toutes les occasions pour diffuser la bonne nouvelle : rencontres de sécurité, journal d’entreprise, affiches. Non seulement les travailleurs impliqués vont se reconnaître dans la solution, mais aussi ils se sentiront reconnus pour la qualité de leur collaboration dans le processus d’enquête et d’analyse des accidents. Cette reconnaissance est souvent une réelle source de motivation : les travailleurs continuent à collaborer et d’autres auront le goût de mettre la main à la pâte pour prévenir les accidents. 

De plus, les correctifs démontrent la prise en charge de la santé-sécurité autant du côté des travailleurs que du côté de l’employeur. Les articles 49 et 51 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail doivent être respectés. Comme 49 + 51 = 100 %, chacun a sa part de responsabilité pour assurer à 100 % le succès du plan d’action en matière de prévention des accidents!

Pour en savoir plus sur le sujet, suivez la formation Accident : enquête et analyse du Centre patronal. Elle vous permettra de mettre en pratique ces principes et de développer vos habiletés à réaliser des enquêtes et des analyses. Ces compétences contribueront à améliorer la santé et la sécurité de votre personnel. Au plaisir de vous y rencontrer!

Nous sommes heureux de collaborer à la 6e édition de l’Événement SST Les affaires, du 27 au 29 septembre 2016.

Code promo : 1CPSSTQ

août 2016

Mois suivant
D L M M J V S
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Nous joindre:

(514) 842-8401


Pour obtenir de l’information sur les services et les activités

En ligne

© 2016 Centre patronal SST